Les Smartguns

Cet article écrit par Chris Lupton présente les bénéfices et les problèmes liés à la connection directe d'une arme à un système nerveux, ce que tout PJ fait probablement régulièrement.


Historique et fonctionnement

Origines

Les premiers systèmes smartgun ont été développés indépendamment par les armées américaine et allemande dans les années 2000. En 2009, les smartguns ont été adoptés par plusieurs sociétés et ont commencé à apparaître dans la rue. L'armée américaine a créé la norme Milspec Smartgun Standard (MSS1) en 2011, après le désastre des problèmes de compatibilité entre les smartguns utilisés en Amérique centrale qui causa plusieurs problèmes embarrassants et de nombreux morts. Aujourd'hui, presque tous les smartsystems dans le monde sont conformes à cette norme.
En 2015, un meilleur standard (MSS2) a été développé, mais il doit encore être adopté universellement. L'armée a estimé qu'il était trop cher pour ses prestations et n'a pas encore réussi à faire respecter ses exigences pour un produit final. La norme MSS1 était très simple : elle définissait le protocole de données entre le smartgun et la liaison neurale, en termes d'informations/fonctions obligatoires et optionnelles. Cela signifiait qu'un smartgun connecté à un cerveau (via un processeur ou des smartgoggles) pourrait interpréter les données à partir de n'importe quelle arme connectée.


Fonctionnement

Au minimum, un smartgun doit être capable de faire deux choses. Premièrement, il doit transmettre s'il y a ou non une cible dans son rayon d'efficacité. Il doit également tirer si il reçoit la commande de le faire. Ce système de base utilise un laser relié à un microprocesseur pour déterminer si il est pointé vers une cible, et servo-transmet la commande de tir. Pour que le lien soit efficace, des informations très détaillées au sujet du comportement de l'arme doivent être stockées dans le microprocesseur. Chaque smartgun disponible aujourd'hui utilise certaines des informations supplémentaires incluses dans la norme MSS1. Au minimum, le cran de sûreté et l'éjection de la douille ou chemise peuvent être contrôlées par l'intermédiaire du smartlink. Le programme de la triangulation des données nécessaire à un cyberoptique ou smartgoggle à utiliser est aussi universel. D'autres aspects de la norme sont utilisés lorsque cela est nécessaire. Par exemple, les fusils d'assault smartlinkés sont équipés d'un auto-sélecteur de salves et une fonction "économie de munitions" (ammo-save) qui stoppe le tir automatiquement quand il n'y a plus de cibles en vue.

Presque toutes les armes disponibles actuellement peuvent être équipées de ces kits de contrôle, disponibles dans le commerce. Seules les très rares ou totalement inadaptées (comme un pistolet "one-shot" en polymère) nécessitent la création d'un lien à partir de zéro. Pour relier une arme on a besoin de deux choses :

Si un programme smartlink précis (différent du standard) est requis, un bon programmeur est nécessaire pour le créer. Pour être le plus efficace possible, un smartgun doit être bien réglé. Cela nécessite des informations ballistiques précises, des logiciels rapides et efficaces et un grand nombre d'essais pour la mise au point de l'arme. Celui qui veux créer son propre smartlink doit être prêts à dépenser beaucoup de temps, d'argent, de munitions et de soudures.


Systèmes avancés

Au même titre que les fonctions couramment fournies avec les smart-kits, les autres caractéristiques de la norme MSS1 sont disponibles en add-on pour des smartgun déjà reliés et/ou pour des processeurs smartlink déjà existants. Les sytèmes "ami ou ennemi" comme le Cookie Cutter de Tennerec LTD, la puce Stutter de DataEdge Inc. ou le Safe-Shot de Militech sont les upgrades les plus populaires. Le Cookie Cutter ou la puce Stutter permettent de désigner des "amis" (avec un système de balises ou par désignation cyberoptique) : un smartgun utilisant ce système ne permet pas le tir (ou va cesser le tir automatiquement), si une cible "marquée" comme amie se trouve dans la ligne de tir. Le programme SafeShot fonctionne un peu différemment, et tire uniquement si la cible a été désignée ennemie (généralement par l'intermédiaire d'un écran Times2 Plus).

La gamme de Smartlinks de Techtronica bénéficie de certaines extensions de la norme standard MSS1. Le kit de base transmet des données améliorées sur les performances de l'arme au cyberoptique, et d'autres packs permettent une option de contrôle audio (éliminant le besoin de câbles d'interface). Une autre compagnie commercialise un sous-processeur neural qui relie le smartgun à un cyber-bras, contrôlant le cyber-bras de façon à minimiser le recul. Enfin, Dynalar travaille sur une interface (pour la main) qui permet là aussi une connection sans fil au smartgun. Bien que la méthode de connexion d'un smartgun à un processeur n'est pas prévue dans la norme MSS1, ces innovations sont parfaitement compatibles avec MSS1, et sont capables de transférer suffisamment de données même pour la norme MSS2.

La norme MSS2 est concentrée sur les moyens de rendre un smartgun plus précis et efficace plutôt que sur l'ajout de fonctionnalités de contrôles supplémentaires. Les sous-processeurs smartlink qui sont compatibles MSS2 sont capables de bénéficier de la triangulation CyberOptique (COT) ou du système de ciblage Multi Beam Tracking (MBeT). Le système COT affiche une image en haute résolution dans un cyber-eye, montrant ce que l'arme vise et verrouille. Cela permet une acquisition de cible rapide, précise, et permet de viser et tirer tout en restant à couvert (le bonus COT n'est alors pas pris en compte, mais le malus de tir en aveugle ne s'applique pas). Un smartgun equipé d'un système de ciblage MBeT possède plusieurs montures de visée laser, chacune avec un alignement différent. Cela permet l'analyse du mouvement des cibles, permettant de suivre le mouvement rapide des véhicules ou des cibles très mobiles. Actuellement, les systèmes COT et MBeT sont très coûteux par rapport à leurs avantages réels, et sont très rares.


Smartlinking your Gun : coût et règles

Fonctions de base

Smartlinker une arme vous donne un bonus de +2 au toucher lorsque vous êtes à portée. Si vous avez un cyberoptique avec l'option de ciblage installée, ce bonus passe à +3 (+4 avec deux cyberoptiques avec ciblage optique).


Fonctions supplémentaires

Ces fonctions sont standards à n'importe quel système smartgun commercial.


SmartToys

Cookie Cutter de Tennerec LTD : 300 eb

Une cible désignée "amie" par le système de balises ne sera pas accidentellement touchée par un tir (ni en mode coup par coup, ni en rafales ou même en tir de suppression (sauf en cas d'échec critique). Pratique si l'on rate sa cible dans une zone densément peuplée. Pour une meilleure description de ce système et les coûts supplémentaires, voir Solo of Fortune.

Stutter Chip de DataEdge Inc. : 300 eb

Le Stutter Chipping fonctionne comme le Cookie Cutters, à la différence que les cibles "amies" sont sélectionnées par le biais d'un cyberoptique avec Times2 Plus et d'un module de visée. Désigner un cible amie prend un tour. Pour plus de détails, voir Chromebook 3.

Safe Shot de Militech : 400 eb

Ce système nécessite un cyberoptique avec TimesSquare Plus. Lorsqu'il est activé, les cibles valides doivent être identifiées avant de tirer. Jusqu'à quatre objectifs peuvent être identifiés en un tour de combat. Ce système ne fonctionne qu'en mode coup par coup et en mode rafale, mais à moins que le jet pour toucher ne soit réussi, l'arme ne fera pas feu. Si une rafale de trois coups rate la cible, le SafeShot arrête le tir et seulement 1D3 balles seront tirées.

Digital Weapon Uplink de Techtronica : prix variable

Chromebook 1 donne des informations sur ce système et ces options. Ses effets sont très variés, consulter ce livre pour plus de détails.

Smartgun 2 SmartPlate Weapons Link (système de liaison par contact) de Dynalar : 300 eb

Ce système est assez rare et les 300 eb ne comprennent que le coût de l'installation et de câblage jusqu'à la plaque dans la paume de la main. Pour de plus ample détails, reportez-vous à Chromebook 3.

Compatibilité des systèmes MSS2

La plupart des sous-processeurs neuraux ne sont pas compatibles MSS2. Environ 10% des processeurs smartlink sont adaptables. Ce peut être un jet de hasard (1 sur un D10) ou à la discrétion du MJ. Trouver un smartlink compatible avec la norme MSS2 n'est pas facile, mais habituellement il ne sera pas plus cher que pour un MSS1 (dans le but d'accroître l'adoption de la norme).

Smartguns avec Cyberotique

Les systèmes COT MSS2 nécessitent un processeur compatible avec le smartgun et un module de visée. Le bonus d'attaque totale (y compris le bonus de visée) est de +4. Le système COT permet le tir en aveugle, mais sans le bonus d'attaque. Pour plus d'informations, voir Solo of Fortune.

Smartguns avec système MbeT

Un système MbeT nécessite un processeur de smartgun compatible MSS2 et un module de visée. Le malus en cas de tir sur une cible en mouvement (par exemple, le déplacement d'une cible avec un MV élevé) est réduit de 2. Sinon, le bonus standard des Smartguns s'applique. Le kit de base pour un système MBeT est de 800 eb, et les kits de convertions supplémentaires coûtent 50 eb de base, avant le multiplicateur de disponibilité.

Smartguns à bas prix

Pour les fauchés, de vieux smartlinks comme le Bushnell Interlock sont encore commercialisés. Ce genre de matériel est moins cher (100 eb pour le kit de base) et la basse qualité de l'ensemble ne nécessite qu'un logiciel générique (le modificateur de disponibilité décroît d'un). Tous les bonus de ce type de smartgun sont réduits d'un point mais les autres bénéfices sont conservés.